Comment entretenir un lombricomposteur ?

Lombricomposteur

L’élément le plus important pour réussir un lombricompostage est le ver de terre, qu’il faut placer dans le lombricomposteur pour recycler naturellement des matières organiques. Cela ne vous absout toutefois pas d’un minimum d’effort pour que tout se passe pour le mieux. En effet, quoique l’utilisation des lombricomposteurs ne soit pas bien compliquée, il y a pourtant des gestes d’entretien qui vous garantissent un franc succès et permettent d’éviter des désagréments.

Les bons gestes à réaliser au quotidien

Utiliser un lombricomposteur ne nécessite pas de connaissances techniques poussées. Il suffit de maîtriser le fonctionnement du système et de savoir contourner les difficultés inhérentes. Vous devez toutefois disposer de lombricomposteurs efficaces pour réussir votre projet de lombricompostage, et vous pouvez en trouver certainement sur le site https://www.eco-worms.com/fr/.

Pour décomposer des déchets organiques, il faut au préalable une action de certaines familles de bactéries et de champignons qui ont besoin d’oxygène pour vivre et accomplir leur mission. À cet effet, vous avez besoin de bien aérer votre lombricomposteur si vous désirez une décomposition optimale. Parfois, il ne s’agira que d’ouvrir le couvercle à des intervalles réguliers.

Vous pouvez être amenés à brasser l’intérieur avec un objet non traumatisant pour les vers. Ensuite, il est recommandé de récupérer le lombrithé, une sorte de liquide qui résulte du traitement des déchets par les vers. Cette action permet de limiter en effet le niveau d’humidité dans le lombricomposteur et vous permet de disposer d’un engrais pour faire mieux pousser le jardin.

La récupération se fait suivant une technique précise

Dans un premier temps, le bac le plus caudal (le plus ancien donc) est retiré et placé au-dessus du bac le plus récent qui passe donc en bas, dans un milieu assez bien éclairé. Désormais exposés à la lumière, les vers chercheront à se réfugier vers le bac d’en bas et emporteront avec eux, les déchets qui ne se sont pas encore décomposés.

Vous avez alors l’occasion pour récolter autant de lombrithé que vous le voulez. Vous êtes libre de le faire à la main ou à l’aide d’un outil. Mais attention, il faut que vous vous arrêtiez à la vue d’un ver ou d’un œuf afin de les placer dans le bac d’en bas. Quand vous avez terminé, séchez ce que vous avez pu recueillir ! D’éventuels lombricomposts qui subsisteraient doivent être placés dans le bac récemment installé.

Quand et comment installer les bacs ?

Un lombricomposteur est généralement constitué de plusieurs niveaux représentés par des bacs ou des plateaux que vous devez installer au fur et à mesure que vous avez besoin de plus d’espaces pour vos déchets. Pour le premier niveau, celui avec lequel vous acquérez le lombricomposteur, vous devez installer une litière, puis les vers que vous allez recouvrir d’un tapis d’humidification et d’un couvercle. Quand il est plein, un deuxième bac doit être placé au-dessus.

Avant de déposer vos déchets sur ce dernier, il est essentiel d’ajouter un peu de lombricompost et de retirer le tapis d’humidification de l’ancien bac pour le placer dans le nouveau. Généralement, lors du remplissage de votre troisième bac, le compost du premier est déjà prêt à être retiré et le bac est ainsi prêt à être réutilisé. En ce sens, il ne vous faudra pas plus de trois niveaux pour votre lombricomposteur.

Quelle conduite tenir en cas de survenue d’un problème ?

Votre conduite dépendra de la situation à laquelle vous êtes confronté. Le plus souvent, il s’agit d’odeurs désagréables, de colonisation du lombricomposteur par des mouches à fruit entre autres des insectes, ainsi que de délocalisation des vers sur les parois. Lorsque des odeurs nauséabondes surviennent, ceci signifie qu’il s’agit d’un certain équilibre qui a été rompu.

Pour remédier à ce problème, vous pouvez réduire la quantité de déchets que vous déversez, augmenter la population de vers, apporter de façon intermittente des matières carbonisées, ou brasser et aérer adéquatement le contenu. Quant à la colonisation du milieu par d’autres insectes, vous pouvez la prévenir en veillant à ce que le couvercle du lombricomposteur soit bien maintenu en place.

Enfin, lorsque vous remarquez que les vers quittent leur milieu, c’est qu’ils ne s’y sentent plus à l’aise. Vous devez donc aérer adéquatement l’intérieur, ajouter du papier journal à la litière lorsqu’elle est trop humide ou des coquilles d’œufs écrasés lorsqu’elle est trop acide. L’entretien de votre lombricomposteur est essentiel pour réussir, même si cela peut paraître contraignant au début, mais vous finirez bien par apprécier le résultat.

L’importance de l’agroécologie pour l’environnement
Comment se fait le traitement des eaux usées ?